Vinayaga

vinayagaFils de Shiva et de Parvati il est celui qui enlève tous les obstacles et qu’on invoque le premier au début d’un rituel ou de toute entreprise. Chaque mois une phase lunaire est plus particulièrement propice à son culte: Sadourti. Le Mahâ Vinayaga Sadourti est l’une des plus grandes célébrations de Shri Vinayaga généralement dans le mois d’Avani, largement célébré dans l’Etat du Maharashtra.

Ce Tidi est un jour important au culte du dieu Ganesha. Il y a deux sadourti durant le mois, le « Gaouri sadourti » lors de la lune croissante et le « Sangata hara sadourti », pendant la lune décroissante. Ce dernier est considéré comme le plus propice que le Gaouri sadourti; invoquer dieu Danesha à ce moment là, permettrait d’éloigner et même d’éliminer toutes sortes de difficultés de la vie, les problèmes en général…
Le Srî Ganesha sadourti du mois d’Avani (mi août – mi septembre) célèbre l’anniversaire du dieu. C’est de son histoire que découle ces cérémonies mensuelles en l’honneur du dieu à tête d’éléphant.

Shiva

shivaIl représente le principe destructeur, ayant le pouvoir d’aplanir tout ce qui est destructif. Il est considéré également comme le Maître de toutes les formes d’art et spécialement de la danse. Il est adoré sous plusieurs formes notamment sous forme de lingam symbolisant l’union des énergies masculine et féminine à travers la procréation. Sa Shakti (énergies féminine) est Parvati.

PRADOSHAM

Cette poudja est dédiée exclusivement au dieu Shiva, elle a lieu deux fois par mois dans le tidi Tiriyodasi le 13ème jour (en lune montante et lune descendante). Les offrandes se déroulent dans le « pradosha kâlam » soit une à cinq heures avant le coucher du soleil, et les rites se concluent au coucher même du soleil. L’histoire du pradosham est la suivante: dieu shiva but le poison « halahala » afin de sauver tous les Déva et autres êtres célestes exposés à ce catalysme. (Il fut appelé par là « Nîlakhanta », à la gorge bleu). Cela s’accomplit dans le kâlam du pradosham. Ces derniers oublièrent dans leur joie de rendre hommage au dieu destructeur pour les avoir protéger. La déesse Parvati implora le pardon de son époux pour cette erreur, par suite les Déva en firent de même dans le pradosham. Ansi, on prie dieu Shiva lors du pradosham afin de l’apaiser, lui demander pardon pour toutes nos fautes; c’est un rituel de purification par lequel il est dit qe l’on peut réduire une partie du karma. Dieu Shiva dans sa grande bonté, accorde ses grâces rapidement aux fidèles qui se consacrent à Lui sincèrement durant les pradosham.

SHIVARATRI

Comme son nom l’indique, cette érémonie est consacrée au dieu Shiva, signifiant littéralement la « nuit de Shiva ». C’est la déesse Parvati qui demanda à son consort de rendre grâce aux dévots qui l’invoquerait dans le Shivarâtri. Ainsi, chaque mois dans le krishna paksham (deuxième quinzaine du mois au Tidi Saourdasi suivant celui du pradosham, a lieu la célébration du rite Shivarâtri, dont le plus important se déroule au mi de Mâsi (mi-Février – mi-Mars) appelé  » Mahâ Shiva râtri ». Il existe de nombreux récits relatant des bénédictions du dieu Siva à ses dévots lors du Shivarâtri. En effet, se ce rituel est accompli avec pure dévotion et amour, il ne peut y avoir aucun doute quand à l’obtention des bienfaits du dieur Shiva.

Mouniswaran ou Minisprin

muneeswaranMouniswaran (s’écrit aussi Muneeswaran) ou Minisprin est considéré comme un « SAGE »

Mouni = Sage dévots de SHIVA ISWARAN = SHIVA

MAHA MOUNI : MINISPRIN le plus grand

POUSSE MOUNI : Pouja à Mini l’écrivain

MOUTOU MOUNI : Le sage aux collier de perles

JADA MOUNI : Mini aux long cheveux

SANGLI MOUNI : Mini enchainé

VIRA MOUNI : Le Guerrier

KRISHNA MOUNI : Mini habillé de couleur noir

Mariamman

mariammanSignifie littéralement la déesse qui protège des épidémies et des maladies (Mari=épidémie et Amman=déesse).

Mariamman divinité dravidienne par excellence est priée et vénérée par les hindous du sud de l’Inde et très populaire à la Réunion. Localement bon nombre de Tîmidi ( marches sur le feu) lui sont dédiées. Elle est particulièrement invoquée par les mères afin de protéger leurs enfants des maladies et des épidémies, elle protège également des grands fléaux de ce monde tels que la sécheresse, les maladies contagieuses etc. Pour les Tamouls Mariamman représente la déesse qui fait pleuvoir, veille sur les récoltes et guérit des épidémies.

Madurai Viren ou Marde Virin

madurai virenVIREN : Guerrier et Héros de MADURAÏ

TULASI RAJA : Roi de KASI, père biologique de VIREN

CHINNAN : Cordonnier, père adoptif de VIREN

POMMANNAN : Roi de TOTTIYAM, père de BOUMMI

BOUMMI : Fille du roi POMMANNAN, femme de VIREN

VIJAYARANGA CHOKKALINGAM : Roi de THIRUCHIRAPALLI

THIROUMALAI NAYAK : Roi de MADOURAÏ

VELLAYAMMAL : Danseuse à la Cour de MADOURAÏ MARDEVIRIN ou MADURAI VIREN est la légende d’un prince indien, dont le destin bascula tragiquement dés les premiers jours de son existence…

Fils de Roi, abandonné par les siens, VIREN grandit loin de sa région natal. Très tôt, il montra un grand intérêt et des qualités exceptionnelles pour l’art de la guerre, art qui allait le glorifier et faire de lui le héros de MADURAÏ.

Karly

karlyReprésentation très populaire de Shakti (Energie féminie) personnifiant la puissance de Dieu en étant la mère de l’univers, protectrice et amour.

karly signifie celle que l’on aproche difficilement. La combinaison des qualités opposées n’est possible que pour KARLY, elle est d’une beauté incommensurable et d’une exquise grâce mais aussi prête à affronter les Asouras (démons), les dangers, nos propres peurs et notre ignorance. elle est l’incarnation du sacrifice (Yagna).

PAOURNAMI

Cette phase lunaire est particulièrement propice pour l’adoration des Shakti correspondant au jour de la pleine lune. En effet, lors de ce transit, Parâshakti (sous toutes ses formes) atteint son point culminant et absolument aucun obstacle ne peut séparer le fidèle de la Déesse. Il est donc véritablement bénéfique pour les dévots d’invoquer SHRI MAHA SHAKTI ce jour-là, et de lui faire des offrandes. Généralement dans tous les kôyil sivaites, on effectue au moins une fois par mois selon le Pandjangam, la célébration des poudjas de Paournami, pendants lesquelles des mantras et prières sont récités dont le « Sahashtra Nâmam » soit la litanie des 1008 noms de Shri Mahâ Shakti, parfois elles e limitent à des « ashtottara shata nâmam », les 108 noms. ces litanies ont en teneur une grande partie des qualités que l’on prête à la divinités invoquée, et il est très propice de les réciter.

Association culturelle du kovil